Menu icoMenu232White icoCross32White

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer

Ta parole est une lampe à mes pieds, une lumière sur mon sentier.

Pour entendre la parole, recevoir la lumière qui peut éclairer son sentier, il est souvent nécessaire de faire une pause, un arrêt sur image, prendre le temps de respirer profondément. De même, avant de prendre la route, suivre le chemin, il est souvent nécessaire de prendre une grande inspiration. Cette année 2020 nous apparaîtra bientôt comme une grande pause, une grande respiration, un arrêt sur image mondial… Alors, avant de rentrer dans cette nouvelle année, que nous espérons bien moins anormale, nous aspirons à prendre une grande respiration… 

De quel essentiel sera “fête” cette nouvelle année ? D’une folie d’action ? D’une force de vie ? D’un retour à l’a-normal ?

Revenons à la lettre noun, qui représente originellement un poisson, et symbolise quelque chose de caché dans les fonds marins, quelque chose d’enfoui au fond de nos entrailles. C’est peut-être là que se cache la parole que nous pouvons entendre dans le silence du demi-soupir musical. La parole qui se manifeste dans une profonde respiration et nous révèle le sens de notre vie. Et nous en arrivons au sens profond de cette lettre hébraïque, celui de la prolifération, de la fertilité, de l’harmonie. Voici ce qu’une pause, une respiration, un retour à l’essentiel peut générer.

Enfin, dans l’alphabet arabe, la lettre noun désigne la culture chrétienne. Et cette culture est basée sur les Écritures, si souvent nommée elle-même La Parole.

Donc notre souhait pour vous cette année, c’est que vous puissiez régulièrement prendre un demi-soupir pour plonger tel un poisson dans la lecture de La Parole qui du fond de vos entrailles fera la lumière sur votre sentier et vous permettra de croître dans l’harmonie de l’intimité à votre créateur.

Message de Bertrand Mathys, directeur de la Ligue – Vivre la Parole.

Signification du “nun” de notre carte de voeux :

Chaque verset des 22 strophes du psaume 119 (acrostiche) commence par une lettre de l’alphabet hébreu. Le verset 105 – si cher à la Ligue pour la Lecture de la Bible – commence par la lettre noun (נ). Curieusement, la calligraphie du noun final (certaines lettres en hébreu s’écrivent autrement quand elles terminent le mot) évoque un signe musical : le demi-soupir. La musique nous montre combien le silence, pour permettre la respiration, est essentiel. En 2020, le besoin de respirer a été comme un fil conducteur ; du respirateur artificiel au masque, du confinement au déconfinement, de l’essentiel au non-essentiel. Au-delà de la surface de ces évènements, peut-être y a-t-il à voir un chemin ? 

Soutenir le déploiement de l'escape game biblique "La dernière nuit"

La Ligue pour la Lecture de la Bible - Vivre La Parole

3 rue du Rimlishof

68530 BUHL

La Ligue pour la Lecture de la Bible - Vivre La Parole est une association qui ne vit que de dons

Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus